Appel de textes pour un numéro thématique : « La transposition didactique dans les différentes disciplines scolaires »

2020-09-11
Appel de textes pour un numéro thématique : « La transposition didactique dans les différentes disciplines scolaires »

Coordonnatrices du numéro : Anila Fejzo et Line Laplante, professeures au département de didactique des langues, UQAM

Texte de cadrage

La didactique s’intéresse aux principes théoriques permettant de réguler la situation pédagogique en termes de contenu, de pratiques d’enseignement et de modalités d’apprentissage. Avec le temps, la didactique s’est graduellement distinguée de la pédagogie et a pris la forme d’une multitude de didactiques, à partir et autour des disciplines scolaires : les didactiques des disciplines (Schneuwly, 2020). Celles-ci trouvent leur spécificité en se focalisant sur l’analyse des contenus en tant qu’objet d’enseignement et d’apprentissage (Reuter, 2010). Les didactiques des disciplines reposent sur une structure conceptuelle relativement partagée par les didacticiennes et les didacticiens, dont fait notamment partie le concept de transposition didactique (Lenoir, 2020).

La transposition didactique est définie comme un processus par lequel un objet de savoir savant subit des transformations adaptatives pour devenir un objet d’enseignement (Chevallard, 1985). Ce concept est donc intimement lié aux particularités du savoir à enseigner, ce qui lui confère un caractère spécifique de nature disciplinaire. Cependant, la transposition didactique est l’un des concepts pour lequel le caractère transversal, d’une discipline à l’autre, est le plus manifeste. Ce caractère transversal repose entre autres sur le travail ingénieux de la didacticienne et du didacticien, indifféremment de la discipline dans laquelle il s’inscrit.

« Loin de constituer la simple vulgarisation d’un savoir de départ, loin aussi d’être le produit appauvri d’un savoir savant et utile toujours inatteignable, le savoir enseigné doit être considéré comme une création hautement originale, collective, souvent séculaire de l’institution scolaire en fonction de sa mission première qui est celle d’enseigner, de transmettre des savoirs et des savoir-faire pour préparer des sujets adaptés à la société. » (Schneuwly, 2010, p.49)

Cette conception de la transposition didactique est partagée par Bronckart et Plazaola Giger (1998) qui insistent sur le fait que la démarche de la didacticienne et du didacticien ne se réduit pas à l’application des savoirs savants issus des sciences contributives dans le champ de la didactique, mais par la mise en débat, explicite et permanente, de leur statut et de leurs enjeux.

Or, si la définition de la transposition didactique semble faire consensus parmi les didacticiennes et les didacticiens, la place que celle-ci occupe au sein du système didactique est moins clairement établie. Ainsi, pour Thouin (2020), la transposition didactique concerne essentiellement l’axe qui relie l’enseignante et l’enseignant et le savoir et ce, même s’il considère que les meilleures transpositions didactiques sont souvent celles qui tiennent compte de l’écart entre les connaissances des élèves et celles attendues. En revanche, Paun (2006) distingue deux types de transposition, l’une externe et l’autre interne. (1) La transposition didactique externe implique pour sa part des processus de décontextualisation du savoir de son contexte épistémologique initial ainsi que des processus de recontextualisation au sein de la situation pédagogique, et relèverait essentiellement de la relation enseignant-e et savoir. (2) La transposition didactique interne, consiste quant à elle à mettre en œuvre plusieurs méthodes, procédés pédagogiques et outils d’apprentissage pour permettre aux apprenants d’assimiler les savoirs en question, et s’opèrerait au sein de la relation enseignant-e et élève. Finalement, pour Bronckart et Plazaola Giger (1998), la transposition didactique requiert de prendre en considération des contraintes reliées tant à la nature et la complexité du savoir savant, aux compétences et attitudes des enseignantes et des enseignants, qu’aux capacités d’apprentissage des élèves.

Toutefois, si la transposition didactique représente un terrain précieusement gardé par les didacticiennes et les didacticiens en tant que particularité propre à leur champ de recherche (Perrenoud, 1992), force est de constater que la démarche de création, d’invention et de réflexions qui la sous-tend reste peu documentée. Ceci est encore plus évident lorsqu’il s’agit de décrire la démarche de transposition didactique sous l’angle de différentes didactiques des disciplines. Trente-cinq ans après la définition pionnière du concept par Chevallard (1985), il nous paraît donc primordial d’étudier les manières dont s’articule la transposition didactique au sein de différentes didactiques des disciplines. À cet égard, la description, dans ce numéro thématique, de la démarche ou des processus mis en œuvre lors de la transposition didactique dans diverses disciplines scolaires pourra contribuer à l’avancement des connaissances scientifiques dans le domaine.

De plus, à notre connaissance, il n’existe actuellement pas de modèle théorique qui rendrait compte entièrement de la dynamique des opérations complexes qui sous-tendent la transposition didactique. Les démarches ou processus de transposition didactique qui seront détaillés dans les différents articles fourniront un aperçu des opérations mises en œuvre, que ces opérations présentent un caractère générique ou spécifique à certaines didactiques des disciplines. Dans une perspective de didactique comparée (Mercier, Schubauer-Leoni et Sensevy, 2002; Reuter, 2010; Sensevy et Ligozat, 2017), cette documentation pourrait ainsi permettre une mise en dialogue des didactiques des disciplines de façon à déterminer si, au regard de la transposition, il existe des invariants qui dépassent les frontières des disciplines scolaires et des dimensions propres à chacune d’elles.

En somme, les articles inclus dans ce numéro thématique apporteront un éclairage qui profitera aussi bien aux futures recherches en didactique expérimentale (Van Der Maren, 2019) ou en didactique en ingénierie (Schneuwly, 2020) qu’aux acteurs qui œuvrent pour et dans le milieu scolaire.

Dans ce contexte, le présent appel de propositions de la revue Didactique a pour thème « La transposition didactique dans les différentes disciplines scolaires ». Lors de la pré-soumission, sera considérée toute proposition s’intéressant à la démarche de transposition didactique mise en œuvre dans le cadre d’une recherche menée par des didacticiennes et des didacticiens, que celle-ci soit expérimentale ou descriptive, de recherche-développement ou de recherche-action, ou bien lors de la conception d’un matériel pédagogique utilisé pour réaliser une recherche.

Voici des questions qui pourront guider la rédaction des propositions et des manuscrits:

  1. Dans quel contexte, pédagogique ou scientifique, s’inscrit la démarche ou le processus de transposition didactique étudié?
  2. Y a-t-il une théorie ou un modèle théorique sous-jacents à l’élaboration de la démarche de transposition étudiée? Cette théorie ou ce modèle théorique proviennent-ils de la didactique ou d’une discipline contributoire?
  3. Les choix effectués lors de la transposition didactique sont-ils influencés par les disciplines contributoires (celles dont sont issues les savoirs savants)?
  4. Quelles sont les étapes de la démarche de la transposition didactique dans la discipline ciblée?
  5. La démarche décrite consiste-t-elle en une transposition didactique interne ou externe?
  6. La démarche décrite prend-elle en considération des contraintes associées au savoir, à l’enseignante et à l’enseignant et à l’élève? Comment l’arrimage de ces contraintes s’articule-t-il?
  7. La démarche décrite implique-t-elle de multiples acteurs (Schneuwly, 1995)? Quelle était leur contribution respective?

Finalement, comme le but de ce numéro thématique est de faire le point sur les avancées actuelles en lien avec la transposition didactique, les didacticiennes et les didacticiens du français, des mathématiques, de la science et de la technologie et de l’Univers social sont conviés à décrire leur démarche transpositionnelle, et à partager, dans la section discussion de leur texte, leurs réflexions sur la démarche de transposition didactique et à suggérer des pistes d’amélioration.

Modalités de soumission

Les propositions (3 pages maximum) devront être envoyées aux deux coordinatrices du numéro aux adresses suivantes : fejzo.anila@uqam.ca et laplante.line@uqam.ca

Cette étape de pré-soumission permettra aux autrices et aux auteurs de vérifier la qualification possible de leur texte avant une formelle soumission à la revue.

Merci d’indiquer pour chaque proposition le nom et le rattachement institutionnel de l’- ou des- autrice.s, de l’- ou des- auteur.s.

Dates importantes 

Date butoir de réception des propositions : 30 novembre 2020

Retour des avis aux autrices et aux auteurs : 15 janvier 2020

Envoi de la 1ere version de l’article à la revue (par la plate-forme de soumission) : 15 mars 2021

Retour prévu des évaluations de l’article : 1e mai 2021.

Parution prévue : été 2021.

Pour connaître les exigences particulières de la revue, consultez le site https://revuedidactique.uqam.ca/

 

Références

  • Bronckart Jean-Paul et Plazaola Giger I. (1998) : La transposition didactique. Histoire et perspectives d’une problématique fondatrice, Pratiques n° 97-98, La Transposition didactique en français, Metz, CRESEF, p. 35-58.
  • Chevallard Y. (1985). - La transposition didactique. Du savoir savant au savoir enseigné. Grenoble : La Pensée Sauvage.
  • Lenoir, Y. (2020). Didactique: une approche historique du concept. Didactique, 1(1), 12-39.
  • Mercier A., Schubauer-Leoni M. L., Sensevy G. (2002 Vers une didactique comparée. Revue française de pédagogie, volume 141, p. 5-16.
  • Paun, E. (2006). Transposition didactique: un processus de construction du savoir scolaire. Carrefoirs de l’éducation, 22, 3-13.
  • Perrenoud, P. (1992). Formation des maitres et recherche en éducation : apports respectifs. Dans F. Audigier & G. Baillat Analyser et gérer les situations d’enseignement-apprentissage. P.339-356. Paris. INRP.
  • Reuter, Y. (2008). Didactique du français: éléments de réflexion et de proposition. In J.-L. Chiss, J. David, & Y. Reuter (Eds.), Didactique du français: Fondements d'une discipline. Paris: De Boeck.
  • Reuter, Y., Cohen-Azria, C., Daunay, B., Delcambre, I., & Lahanier-Reuter, D. (2010). Didactique comparée. Dans Y. Reuter, C. Cohen-Azria, B. Daunay, I. Delcambre, & D. Lahanier-Reuter (Eds.), Dictionnaire des concepts fondamentaux des didactiques (pp. 75-79). Bruxelles: Éditions De Boeck Université.
  • Schneuwly, B. (1995). De l’utilité de la transposition didactique. Dans J.-L. Chiss, J.
  • David et Y. Reuter (Ed.), Didactique du français. États des lieux (pp. 47-62). Nathan.
  • Schneuwly, B. (2020). « Didactique »? Didactique, 1(1), p. 40-60.
  • Schneuwly, B. (2010) De l’utilité de la « transposition didactique ». Dans Y. Reuter, C. Cohen-Azria, B. Daunay, I. Delcambre, & D. Lahanier-Reuter (Eds.), Dictionnaire des concepts fondamentaux des didactiques (pp. 47-59). Bruxelles: Éditions De Boeck Université.
  • Sensevy, G. et Ligozat, F. (2017). Didactique comparée et générale. Dans A. Van Zanten
  • et P. Rayou (Eds.), Dictionnaire de l'éducation (p. 173-176). Presses universitaires de France.
  • Thouin, M. (2020). La didactique : essentielle, mais menacée. Didactique, 1(1), 61-86.
  • Van der Maren, J.M., Brodeur, M., Gervais, F., Gilles, J.L. et Voz, G. (2019). Référentiel pour la formation des chercheuses et des chercheurs francophones en éducation. Document adopté par l’Association des doyens, doyennes et directeurs, directrices pour l’étude et la recherche en éducation au Québec (ADEREQ). Montréal : ADEREQ.